Articles

La destruction du Miscanthus x giganteus, une opération à succès ?

Que faire d’une parcelle de miscanthus mal implantée, non valorisée ou simplement plus souhaitée ?

C’est la question à laquelle Guillaume Leriche, président de l’entreprise Rhizosfer, adhérente de France Miscanthus, a dû se confronter il y a quelques années face à son envie de remettre en cultures annuelles ses parcelles alors occupées par du miscanthus.

Face à la pérennité du Miscanthus x giganteus et à sa forte végétation, la question de sa destruction est primordiale. On sait déjà que sa non-invasivité de par sa stérilité lui empêche de s’étendre en dehors d’une parcelle déterminée : mais quid de sa destruction dans une parcelle cultivée ?

D’abord, quelques rappels sur la plante :

Le miscanthus, plante pérenne rhizomateuse, a une durée de vie comprise entre 25 et 30 ans. Récoltées tous les ans en fin d’hiver-début de printemps, elle développe sa partie aérienne grâce à son rhizome et aux réserves nutritives accumulées. Tous les ans, avant la récolte, les nutriments présents dans les tiges et dans les feuilles redescendent dans le rhizome, au moment de la phase de senescence provoqué par l’apparition du froid, provoquant la chute des feuilles séchées au sol formant un mulch, puis l’assèchement des tiges, qui seront, elles, récoltées. Les réserves accumulées dans le rhizome serviront l’année suivante pour un nouveau cycle de croissance.

En effet de nouvelles tiges émergent vers le courant du mois d’avril, en utilisant les réserves du rhizome, jusqu’à atteindre leur taille définitive vers juin, en ayant épuiser les réserves du rhizome.

Le rhizome ne dépasse guère les 30 cm de profondeur et les 1 mètre de diamètre, formant une large galette compacte, mais facilement brisable : il s’agît d’un enchevêtrement de rhizomes facile à détruire.

C’est peu apres la repousse que le rhizome est le plus faible nutritivement, et donc à laquelle une destruction sera efficace : le rhizome ne dispose plus assez de nutriment en juin pour résister à une destruction. C’est aussi pendant l’été que suite au retournement des rhizomes ils seront le plus sujet à dessèchement par le soleil et le vent.

C’est en se basant sur ce cycle végétatif qu’un itinéraire de destruction a été mis en place par le RMT Biomasse et territoire.

Un exemple de destruction de parcelle et de remise en culture

Guillaume Leriche a procédé par 2 fois à une destruction de parcelles de miscanthus, puis à une remise en culture. En 2012, il détruit 1,5 ha de miscanthus, et en 2016, ce sont 8 ha qui sont replantés en luzerne.  

L’opération de destruction est facile : après la dernière récolte, et après avoir laissé le miscanthus repousser pour épuiser les réserves du rhizome, les feuilles sont broyées. Parallèlement, une déchaumeuse à disque va couper et mettre à nu les rhizomes. Ceux-ci vont rapidement sécher lorsqu’ils sont à l’air libre, au contact du soleil et du vent. La parcelle de M. Leriche est composée de sols souples et légers, la déchaumeuse à disque est alors suffisante. Dans le cas contraire, il est préférable d’utiliser un rotavator. Pour bien lacérer les rhizomes, l’agriculteur est passé de nouveau pour effectuer une lacération croisée.

En fonction des conditions pédoclimatiques, l’opération peut être plus ou moins aisée. Le sol doit être assez sec pour entrainer la mort des rhizomes, mais résulte alors un travail mécanique important pour les machines.

Les quelques repoussent sont freinées par la culture suivante : M. Leriche a par exemple planté de la luzerne, qui, grâce à la qualité de la structure des sols après plusieurs années de miscanthus, n’a pas eu de mal à s’installer. Il insiste cependant sur un point : avant une remise en culture, il faut tout de même ré-apporter des nutriments au sol (notamment du phosphore). Les rhizomes morts et secs, déjà appauvris lors du printemps, se dégradent très lentement, et ne relarguent donc pas d’éléments minéraux. S’il n’y a pas d’apport après la destruction, cela peut avoir des causes sur le rendement de la culture suivante.

Sans objectif de rendement cette fois, il est aussi tout à fait possible de mettre en prairie une ancienne culture de miscanthus après sa destruction.

Une destruction en adéquation avec la conduite du miscanthus

Un des avantages du miscanthus est d’être une plante qui ne nécessite ni apport d’engrais, ni pesticides. Cela lui permet d’être implanté dans des zones à forte contrainte environnementale. Dans la continuité de cette conduite, sa destruction ne nécessite pas forcement de produits phytosanitaires ! Même, une application de glyphosate au printemps ne serait pas aussi efficace pour la destruction du rhizome.

Aujourd’hui, les parcelles réimplantées de M. Leriche se comportent tout à fait convenablement et du blé sera cultivé cette année.

Retrouvez les fiches de RMT biomasses sur la mise en culture, la destruction, et la non invasivité du miscanthus dans l’onglet Ressources.