Du miscanthus dans les vignes de Mancy

Présentation

Sébastien Manteau, conseiller en viticulture alternative (AlternatiVity) avait convaincu en octobre 2018 ses collaborateurs de l’EARL Manteau Rivierre de pailler une vingtaine d’ares en miscanthus.

Le paillage de miscanthus ne sert pas simplement à protéger les différents massifs et potagers. En effet, il est de plus en plus utilisé pour pailler en viticulture. Le miscanthus permet de protéger les vignes contre les adventices. De plus, lors de sa décomposition le paillage de miscanthus permet d’apporter des nutriments essentiels au sol. L’utilisation du paillage de miscanthus s’inscrit dans une démarche d’agriculture durable, sans intrants ni produits phytosanitaires.

Historique

L’EARL, qui conduit ses parcelles dans une démarche raisonnée, possède des vignobles anciens. La plus grandes des 2 parcelles paillées a été plantées en 1951.

Mode d’emploi

Le miscanthus a été installé dans deux parcelles, avec deux approches de paillage différentes.

Paillage du miscanthus dans « La Vigne à Paulette »

Dans une première parcelle, « La Vigne à Paulette« , Sébastien a paillé en plein, un inter-rang sur deux, en alternant avec un semis de trèfle.

Dans une seconde parcelle, « Les Cabinettes« , le paillage est situé directement de chaque côté des troncs.

Le paillage est installé sur une dizaine de centimètres, et forme des bandes d’un mètre de largeur environ. Cela permet de ne pas appliquer du miscanthus sur toute la parcelle, évitant tout risque de compaction du sol ou d’excès de nitrate ou nitrite.

Avant l’installation, la parcelle avait été nettoyée au rotofil afin d’affaiblir au maximum les adventices et d’éviter une reprise à travers le paillage.

Santé/vigueur des plantations

L’installation a très bien fonctionné puisque qu’aucune adventice annuelle n’a réussi à traverser le paillage. M. Manteau a même réussi à éliminer de ses parcelles le Chiendent. Pour les quelques vivaces qui réussissent à passer la couche de miscanthus, un désherbage au rotofil est suffisant et non chronophage.

Les vignes paillées semblent même mieux réagir aux différents stress (eau, azoté) que les vignes non paillées.

Aucune maladie fongique imputable au miscanthus n’a été observé.

Évolution du sol

Dans un premier temps, le miscanthus permet de couvrir le sol et donc de limiter l’érosion des parcelles. M. Manteau l’a très rapidement observé lors d’épisodes orageux, avec un lessivage important des parcelles non paillées.

Ensuite, lors de la canicule de l’été 2019, le miscanthus a permis de garder un sol frais (contrairement à un sol nu qui peut atteindre des températures tels que le sol, et les cultures, en souffrent énormément). L’impact de la canicule sur les vignes paillées a en effet été moins important que sur les vignes non paillées. Même, une adventice (non problématique pour les cultures) sensible à l’été, le Mouron Blanc, est resté vert lorsqu’il était proche de rangs paillés, alors qu’il sèche habituellement.

Avantages par rapport à la paille

Dans ses parcelles, il utilise aussi un paillage de blé. La couche de paillage est plus faible, donc elle se décompose aussi bien, mais permet alors une recouvrance moins forte que le miscanthus. Certaines adventices arrivent à passer au travers de ce paillage. De plus, la paille de blé n’est pas forcément bio, et le blé n’étant pas stérile, contrairement au miscanthus, on observe une germination importante de la paille.

Aspect financier

Les parcelles paillées le resteront jusqu’à dégradation du paillage, mais M. Manteau ne souhaite pour le moment pas re-pailler avec du miscanthus. Le renouvellement doit se faire tous les ans, et le coût à l’hectare n’est pour le moment pas comparable, ni avec des paillettes de bois, ni avec de la paille de blé.

Une solution pour limiter les coûts d’achat pourrait être, à condition d’avoir l’espace nécessaire, d’implanter sa propre culture de miscanthus.

 

Du paillage miscanthus au Château de Colbert (Maulévrier)

jardin miscanthus

Présentation

Le Château Colbert a été ouvert au public en 2014. Il est constitué de la propriété et de 8000 m2 de jardins potagers à la française avec 7000 m2 supplémentaire de parc floral. Celui-ci a reçu le grand prix au concours national des jardins potagers en 2016. C’est un potager nourricier qui alimente les cuisines du restaurant du château. Aucun pesticide ni intrants n’est utilisé pour cultiver l’ensemble du jardin.

Historique paillage miscanthus

Le paillage de miscanthus est utilisé depuis 2018. Pour l’instant ce sont 6 types de paillages qui sont utilisés (miscanthus, copeaux de bois, foin, sarrasin, paille, fève de cacao). Cependant, la fève de cacao va être abandonné car c’est un paillage qui s’envole trop facilement et à l’esthétisme modéré. Le miscanthus est également préféré par rapport à la paille car les oiseaux ne viennent pas l’épandre. L’esthétisme des massifs est ainsi préservé avec des lignes claires et distinctes.

Mode d’emploi

Le miscanthus est utilisé sous forme de copeaux dépoussiéré ou non. L’utilisation du miscanthus se fait de deux façons distinctes. La première est un usage avant tout esthétique pour tracer des dessins sur certains parterres. Le paillage est alors déposé en couches très fines. La seconde utilisation est le paillage de légumes (tomates, salades, haricots, courgettes et céleri). L’épaisseur appliqué est plus importante (de 5 à 10 cm) afin de limiter la pousse des mauvaises herbes et de préserver l’humidité. Le paillage est renouvelé tous les 6 mois.

Santé/vigueur des plantations

Le paillage de miscanthus permet d’agir comme véritable protection. En effet, le piétinement dans le potager est fréquent. Le miscanthus permet ainsi de ne pas perturber le sol et de rester propre lors des passages. Les dessins tracés dans les parterres sont donc conservé avec un sol dur et protégé aux endroits où le miscanthus est présent.

Évolution du sol

Le paillage de miscanthus permet le développement d’une très bonne vie microbienne et un effet répulsif contre les limaces. Il permet de limiter l’arrosage et de gardé un sol riche aussi bien au niveau des nutriments que de la micro-faune.

Aspect financier

Il est fourni par un producteur local, avec un transport simple et rapide.

Du paillage horticole dans les massifs de Rethel

rethel miscanthus

Présentation

La commune de Rethel est composée de 7778 habitants. Celle-ci possède les 3 fleurs depuis 2007 et maintient sa position de ville fleurie avec la participation active des habitants. Depuis janvier 2017, la commune a un objectif « zéro phyto » en accord avec la législation. Elle couvre l’ensemble de ses parterres ornementaux, qui représente une surface de 600 à 700 m2, avec du paillage de miscanthus.

Historique

La ville de Rethel utilise le miscanthus pour le paillage des arbustes, des vivaces et des rosiers depuis 2009 (en balle de 15 kg) achetée à un producteur local. La fève de cacao était préalablement utilisée mais celle-ci, en plus d’être un produit importé, coutait 4 à 5 fois plus cher. Le miscanthus a été choisi pour sa facilité d’emploi et de stockage en balles.

Mode d’emploi

Paillage de miscanthus appliqué par couche de 5 à 8 cm d’épaisseur. Celui-ci est renouvelé tous les ans environ vers avril.

Santé des plantations

Les nouveaux massifs sont uniformes et le développement des plantes se fait rapidement. Il limite l’évaporation de l’eau et maintient l’humidité dans le sol. Le paillage de miscanthus limite la pousse des plantes indésirables et la présence d’adventices comme les limaces. Depuis le début de son utilisation, aucuns problèmes particuliers n’ont été signalées.

Évolution des sols

L’utilisation d’une espèce stérile permet d’éviter la présence de graines dans les massifs (contrairement au chanvre ou au lin). Le pH neutre du miscanthus permet d’éviter l’acidification des sols et sa décomposition lente apporte de la matière organique au sol (comme l’azote) au lieu de la consommer. De plus, sa couleur jaune pâle permet de mettre en valeur les végétaux et les massifs.

Aspect financier

Coût de la matière première fortement réduit par rapport au paillage précédent (fève de cacao). L’approvisionnement local du paillage de miscanthus permet d’avoir un coût abordable de l’ordre d’1€/m2 selon l’épaisseur.

Chartres : du paillage miscanthus dans les massifs

chartres miscanthus

Présentation

L’horticulture tient une place d’honneur dans la ville de Chartres (environ 40 000 habitants), labellisé 4 fleurs depuis 2002 et ayant reçu la fleur d’or en 2010. Plusieurs milliers de m2 sont ainsi paillés chaque année avec du miscanthus.

Historique

La ville de Chartres paille l’ensemble de ses massifs ornementaux (sauf les saisonniers) avec du miscanthus et de la fibre de chêne.La commune utilise  le paillage de miscanthus depuis près de 15 ans. Elle l’a d’abord choisi car c’était un produit local et au prix compétitif (2 fois moins cher que l’écorce de pin).

Mode d’emploi

Des couches de 8 à 10 cm sont appliquées, généralement en février/mars afin de garantir l’efficacité contre les mauvaises herbes. Le renouvellement se fait ensuite tout au long de l’année en couche plus fine et dépends des besoins des massifs

Santé/vigueur des plantations

Le miscanthus est un des paillages les plus efficaces pour lutter contre les mauvaises herbes ou les adventices. Il est excellent pour conserver l’humidité et permet à la plante de respirer. De plus, aucun problème de maladies ne se sont déclarer depuis le début de son utilisation.

Évolution du sol

Le paillage de miscanthus permet notamment de lutter contre l’érosion et sa décomposition permet un apport d’humus au sol. La ville avait une utilisation historique des écorces de pins mais celles-ci acidifiaient le sol contrairement au paillage de miscanthus.

Aspect financier

Le miscanthus reste le paillage le moins cher pour la ville de Chartres et le seul qui permet de s’approvisionner localement. Ce sont ainsi près de 300 m3 qui sont utilisés par an et stocké en vrac avant d’être remis dans les espaces verts. Au niveau de la main d’œuvre, l’utilisation du paillage a été un véritable changement de pratiques pour les jardiniers qui pratiquaient auparavant le bêchage de la terre. Le paillage de miscanthus est simple d’utilisation et a ainsi permis de laisser la terre au repos.

Du miscanthus dans les parterres d’Amiens

paillage miscanthus amiens

Présentation

La Ville d’Amiens avec une population de près de 300 000 habitants. Récompensée de la note maximum de 4 fleurs au concours des villes et villages fleuris de France depuis 2013, la ville dispose de 8,5 hectares de surfaces fleuries à compter de 2017. Ce sont près de 4 hectares de massifs et vivaces qui sont ainsi paillé avec du miscanthus.

Historique

Amiens métropole utilise le paillage de miscanthus depuis 2013 dans la bille d’Amiens et ses 38 communes environnantes. La ville avait utilisé de nombreux paillages avant de s’arrêter au miscanthus : le lin, les fèves de coco ou encore les écorces de chênes. Cependant, des problèmes de repousses spontanées et de départs de feu avec le lin et de délitement avec le bois ont poussé la ville à se tourner vers le miscanthus.

Mode d’emploi

Le miscanthus est utilisé sous sa forme brut avec une granulométrie de 25 mm. Un léger arrosage est fait avant la pose du miscanthus en couche de 5 à 7 cm d’épaisseur. Celui-ci n’est pas forcément renouveler entièrement tous les ans, des couches de 2 à 3 cm de recharge suffisant pour la plupart des massifs.

Santé/vigueur des plantations

Le paillage de miscanthus a une bonne efficacité anti-adventices et aucunes maladies sur la plantation ne se sont déclarées depuis le début de son utilisation.

Évolution du sol

Les analyses de sols ne montrent pas d’impact particulier du paillage de miscanthus sur la qualité des sols. De plus, la commune n’a plus de problème de faim azotée qu’elle avait rencontré durant l’utilisation d’écorces de bois.

Aspect financier

L’utilisation de paillage de miscanthus permet de réduire les coûts de transports grâce au recours à un fournisseur local. Celui-ci est ainsi stocké en vrac avant d’être mis en place dans les massifs.

Paillage horticole de miscanthus à Compiègne

compiegne miscanthus

Présentation

La ville de Compiègne, situé dans l’Oise est une commune qui compte 40 000 habitants. Elle possède près de 7000 m2 de massifs. Compiègne détient 3 fleurs depuis l’année 2000. Depuis deux ans, les services de la Ville renouvellent les espaces verts et les plantes qui les composent en vue d’obtenir une 4ème.  Fleur au concours des villes et villages fleuris.

Historique

Le paillage précédemment utilisé était des écorces de pin et de cacao. Cependant, depuis 2015, la Commune a décidé d’adopter le paillage de miscanthus, jugé plus efficace et esthétique.

Mode d’emploi

Le paillage de miscanthus est déposé en épaisseur d’environ 10 cm sur les massifs. Le paillage y est renouvelé environ tous les deux ans. Lors de la pose, il est arrosé afin d’éviter que celui-ci s’envole.

Santé/vigueur des plantations

Les plantes se développent correctement avec une belle coloration des feuillages. La couleur jaune pâle permet un beau contraste avec les plantes des massifs. Le maintien de l’humidité et l’efficacité contre les adventices sont satisfaisants.

Aspect financier

Le miscanthus est livré en vrac. Ce sont des multi livraisons par des fournisseurs locaux qui sont choisis après consultation.

Les viticulteurs de l’Aube adoptent le paillage miscanthus

vigne miscanthus Aube

Présentation

Un viticulteur dans l’Aube épand, comme son confrère dans la Marne, du miscanthus en paillage sur 1 hectare et demi. Il utilise ainsi environ 11 tonnes de miscanthus tous les 2 ans.

Le paillage de miscanthus ne sert donc pas simplement à protéger les différents massifs et potagers. En effet, il est de plus en plus utilisé pour pailler en viticulture. Le miscanthus permet de protéger les vignes contre les mauvaises herbes et les adventices. De plus, lors de sa décomposition le paillage de miscanthus permet d’apporter des nutriments essentiels au sol. L’utilisation du paillage de miscanthus s’inscrit dans une démarche d’agriculture durable, sans intrant ni engrais.

Historique

Le viticulteur a choisi le paillage de miscanthus depuis 3 ans afin de remplacer le désherbage chimique. En effet, les lois vont vers l’interdiction de ce type de désherbage ce qui l’a poussé à penser à une alternative au caractère plus durable.

Mode d’emploi

Le miscanthus est épandu avec une alternance miscanthus, semi de blé et d’herbe. Le paillage est remplacé tous les deux ans environ sur une dizaine de centimètre d’épaisseur.

Santé/vigueur des plantations

Depuis le début d’utilisation du paillage de miscanthus, les vignes se portent bien. Celui-ci a une très bonne efficacité contre les mauvaises herbes et les différentes adventices.

Évolution du sol

Aucuns champignons ne s’est développé depuis la mise en place de paillage de miscanthus.

Aspect financier

Le paillage de miscanthus est pour l’instant plus cher que la solution chimique mais le viticulteur de l’Aube veut implanter ses propres parcelles de miscanthus à long terme pour limiter les coûts.

Une solution « zéro phyto » à Digny

Mme Lorin, Maire de Digny Mail : mairie.digny@wanadoo.fr

Présentation

Digny est une commune d’environ 1000 habitants où l’horticulture tient une place assez importante. C’est en effet une commune rurale avec une végétalisation conséquente. L’objectif est d’avoir des plantes avec le moins d’entretien possible. Cela oblige la commune à être vigilante sur le choix des végétaux. 70% des parterres et plantations sont ainsi paillés avec du miscanthus livré en vrac par un fournisseur local.

Historique

Digny utilisait auparavant des écorces sur quelques massifs mais en règle générale ne paillait pas ses parterres car le désherbage chimique était possible. Elle est entrée dans une démarche zéro phyto à partir de 2012 qui a imposé de revoir la manière d’aborder les espaces verts.

Mode d’emploi

Le paillage est renouvelé tous les ans avec une épaisseur d’une dizaine de cm afin de ne pas laisser les mauvaises herbes reprendre le dessus. Cette épaisseur et un bon désherbage des espaces au préalable permet de maximiser l’efficacité du paillage. Celui-ci est arrosé en début d’utilisation pour éviter que le miscanthus s’envole

Santé/vigueur des plantations

Le paillage permet de maintenir l’humidité dans le sol si l’arrosage a été fait au moment de son implantation. Pour les mauvaises herbes, le résultat est variable, la repousse est ralentie mais il faut tout de même désherber régulièrement pour ne pas être envahis. Tout va dépendre des caractéristiques du sols et du désherbage avant l’implantation. Globalement, nous arrivons à contenir l’envahissement des mauvaises herbes sur les massifs paillés avec une bonne quantité de paillage au départ.

Évolution du sol

Aucun problème de champignons n’est à signaler ainsi qu’au niveau des maladies sur les parterres et massifs paillés.

Aspect financier

L’investissement en main-d’œuvre est plus important puisque avant des traitements au désherbant chimiques étaient effectués. L’utilisation du paillage est cependant plus sécurisée pour la santé des équipes travaillant sur les espaces verts.

Paillage miscanthus dans les vignes de la Marne

vigne paillage miscanthus

Présentation

Un viticulteur dans la Marne a effectué ses premiers essais avec le miscanthus en février 2018 sur une trentaine d’ares avec des brins de 2 à 6 cm.

Le paillage de miscanthus ne sert pas simplement à protéger les différents massifs et potagers. En effet, il est de plus en plus utilisé pour pailler en viticulteurs. Le miscanthus permet de protéger les vignes contre les mauvaises herbes et les adventices. De plus, lors de sa décomposition le paillage de miscanthus permet d’apporter des nutriments essentiels au sol. L’utilisation du paillage de miscanthus s’inscrit dans une démarche d’agriculture durable, sans intrant ni engrais.

Historique

LE BRF était anciennement utilisé sur les vignes. Cependant, il fallait aller le chercher loin pour un BFR de bonne qualité contrairement au miscanthus. De plus, le miscanthus a un rapport C/N très intéressant.

Mode d’emploi

Plusieurs techniques sont en expérimentation sur les vignes suivant la méthode Jean Pain. 5 cm de miscanthus sont déposés sur 15 cm de paille pour obtenir un paillage suffisamment épais pour protéger les vignes contre les mauvaises herbes.

Santé/vigueur des plantations

Aucunes maladies notées sur les vignes. Le paillage de miscanthus est aussi efficace contre les adventices.

Évolution du sol

Le miscanthus a une très bonne efficacité contre les champignons avec un apport au sol très intéressant.

Aspect financier

Le miscanthus est plus facile et moins cher d’utilisation sur le long terme. De plus, la proximité du produit est essentielle pour une culture biologique qui respecte également les circuits courts.

Du paillage miscanthus dans le plus beau jardin d’Ardennes

paillage hubert le jardinier

Présentation

De nombreux particuliers et jardiniers s’intéressent aujourd’hui au paillage de miscanthus pour ses aspects esthétique, efficace et pratique. Hubert Fontaine,  célèbre jardinier de la région des Ardennes a souhaité vous faire part de son expérience et de ses conseils.

Hubert Fontaine est un animateur radio spécialisé dans le jardinage. Dans son jardin situé à Coulommes et Marqueny, il utilise le paillage de miscanthus sur plusieurs centaines de m².  Les surfaces et plantations paillées sont variées : fleurs, massifs mais aussi les petits fruits et légumes de son potager tels que fraises, tomates…

Historique

On utilise différents types de paillages (coques de cacao, bois raméal fragmenté)  depuis plusieurs années. L’avantage du miscanthus est qu’il existe en balle compressée. Il est donc très facile d’emploi.

Mode d’emploi

On dépose le paillage de miscanthus en couches d’épaisseurs variables et allant jusqu’à 10 cm. Hubert Fontaine recommande une épaisseur d’au moins 7 cm la première année. Le paillage est renouvelé tous les ans. Le jardinier utilise des granulés (pellets) et des copeaux pour les finitions. La pose est facile et elle ne nécessite pas d’arrosage. Vous retrouverez le mode d’emploi détaillé sur le site d’Hubert le Jardinier.

Santé/vigueur des plantations

Le paillage de miscanthus conserve très bien l’humidité, ce qui permet de protéger les plantes, notamment en période de sécheresse ou de gel. Ainsi, lors des périodes de grandes chaleurs, les plantes souffrent moins et doublent de volume par rapport à celles qui ne sont pas paillées. L’épaisseur du paillage permet aussi d’étouffer les mauvaises herbes.

Évolution du sol

Lorsque le miscanthus se dégrade, il apporte des nutriments, dont l’humus à la terre. Le sol est stable et enrichi avec la présence d’un grand nombre de vers de terre.

Aspect financier

L’avantage de ce paillage est que l’approvisionnement est local et le miscanthus est facile à transporter. Les quantités utilisées sont relativement faibles, ce qui permet de choisir des balles de 12-15 kg faciles à manipuler.